Les privés ont ils toujours leurs places dans le monde actuel ?

Nous connaissons tous les detectives privés tels qu’ils sont dépeints dans la littérature et les films. La culture populaire les imagine encore en imperméable et chapeau de feutre, en filature d’une épouse adultère ou assistant un courageux reporter à disculper un innocent condamné à la peine capitale suite à l’enquête bâclée de policiers corrompus.

Le monde a changé et les detectives aussi. Ils ont troqué leur fédora pour un reflex super-zoom et les affaires d’époux adultères ne représentent plus qu’un pourcentage minime des mandats. Quant aux méchants policiers corrompus à la solde du mafieux local, le concept est suffisamment ridicule pour n’intéresser que les écrivains. En effet l’hyper-médiatisation actuelle des affaires garantie que tout faux-pas sera invariablement passé à la loupe du public, à tort ou à raison.

Les detectives privés ont ils toujours un rôle à jouer dans cette société changeante ?

Pourquoi utiliser un privé plutôt que faire un dépôt de plainte gratuit auprès des services de police ? En effet pour les enquêtes, les services de police ont un taux d’élucidation en hausse chaque année pour frôler, sur Geneve, les 25% en 2018. 25% cela peut sembler très faible, à peine un quart des enquêtes est donc résolue. Alors que les films et séries télévisées nous ont habitué à voir tous les crimes résolus en moins d’une heure, interruptions publicitaires comprises. Si on s’intéresse au détail des infractions, on peut voir que le taux d’élucidation est fortement impacté par les infractions contre le patrimoine, très difficiles à élucider pour peu que l’auteur prenne un minimum de précautions.

Voici les chiffres officiels de l’état de Genève:

Infractions contre le patrimoine: 38 337 résolues: 13,2%

Infractions contre la liberté: 5 943 résolues: 30,5%

Infractions créant un danger collectif: 191 résolues: 33,5%

Infractions contre la vie et l’intégrité corporelle: 1 964 résolues: 86,5%

Infractions contre l’intégrité sexuelle: 416 résolues: 89,7%

Autres articles du Code pénal: 883 résolues: 91,7%

Infractions contre l’honneur, contre le domaine secret ou privé: 1 377 résolues: 93,9%

Infractions contre l’administration de la justice: 148 résolues: 96,6%

Infractions contre l’autorité publique: 1 063 résolues: 99,3%

Total des infractions: 50 322 résolues: 24,5%

On peut constater que les taux d’élucidation pour les infractions autres que les cambriolages se situent entre 90% et 99%, des résultats excellents. Avec une force judiciaire aussi efficace, que reste-t-il aux détectives privés ?

Les détectives modernes offrent maintenant de nombreuses prestations qui viennent completer « l’offre » légale des policiers et gendarmes. On retrouve toujours certains classiques comme les filatures et les recherches d’adultères, mais viennent maintenant s’ajouter les enquêtes administratives, les contre-enquêtes pénales pour le compte de cabinets d’avocats, les recherches de personnes ou les enlèvements parentaux internationaux, sans oublier l’intelligence économique. Les détectives privés permettent aussi de rechercher des preuves ou confirmer des soupçons avant un dépôt de plainte auprès des services judiciaires.

Prenons le cas d’un enlèvement parental: il arrive que lors de séparations, l’un des parents enlève son ou ses enfants pour les soustraire à la garde de l’autre parent ou pour fuir une décision de justice qu’il trouve injuste. Environ un tiers de ces enlèvements est international. Dans ce dernier cas, les services de police sont tres limités. En effet les agents de police judiciaire sont soumis à la compétence territoriale: ils ne peuvent mener leurs enquêtes que sur le territoire fédéral, sauf rares occasions prévues dans les cas de coopération internationale. Un dépôt de plainte doit transiter par plusieurs organismes, avant d’arriver dans le pays d’accueil où il peut être traité avec plus ou moins de zèle. Un detective privé n’est pas soumis à une compétence territoriale, il agit en tant que civil, dans une mission de recherche et d’observation. Il peut suivre très rapidement la trace d’une personne ou d’un enfant et peut passer les frontières internationales sans faire de longues demandes de coopération inter-police. Il n’est pas tenu au secret de l’enquête et peut contacter directement son mandataire pour le tenir informer de la situation du ou des enfants. Les rapports envoyés au mandataire permettent une meilleure action en justice par les canaux officiels judiciaires ou diplomatiques.

Les services d’un detective privé s’étendent aussi aux contre-enquêtes pénales. Apres un dépôt de plainte ou fait particulier, le procureur ouvre une enquête et les services de police vont auditionner les témoins, recueillir les preuves et procéder aux opérations permettant la manifestation de la vérité. Souvent, comme nous avons pu le voir, les enquêteurs solutionnent l’enquête et trouve un ou des mis en cause. Ces personnes devinent alors prévenues des faits qui leurs sont reprochés. Les enquêteurs doivent travailler à charge et à décharge, mais on constate souvent que les pouvoirs du ministère public travaillent plutôt à charge. Un bon avocat va mettre ceci en evidence mais va devoir présenter une « vérité alternative », une autre solution à l’enquête, ou bien essayer de partager les torts de son client avec d’autres personnes afin de diminuer la responsabilité du client. C’est à ce moment qu’intervient le rôle du detective privé. Bien que n’ayant pas de pouvoirs judiciaire, il peut avoir accéder, avec l’aide de l’avocat, à l’enquête de police. Son travail ne sera pas de trouver des erreurs sur la forme, mais sur le fond. Il peut entendre à nouveau les témoins, chercher des preuves qui auraient pu échapper aux policiers, faire des recoupements. Les gens sont plus enclins à discuter avec un civil plutôt qu’avec un personnel uniformé. De cela, un bon détective pourra obtenir des informations plus précises, voir même questionner des personnes en marge de la loi qui aurait pu mentir ou refuser d’être entendu par la police. L’idée n’est pas de casser absolument la procédure de la police, mais plutôt de la compléter et s’assurer que toutes les portes ont été ouvertes.

Les enquêteurs privés travaillent en marge des activités de la police, là où les agent de police judiciaire ne vont pas par manque de moyens, de temps ou tout simplement car cela n’entre pas dans leurs prérogatives. Dans un cas de soupçons d’harcèlement sexuel dans le cadre du travail, une personne particulière peut avoir un comportement anxiogène et mettre Amal la productivité de toute une équipe. Une agence privée mandatée par l’entreprise, peut infiltrer une équipe de collaborateurs déjà en place. L’agent, masculin ou féminin, se fait passer pour un nouveau stagiaire et peut observer les gestes et paroles déplacées, à l’encontre d’elle même ou des autres collaborateurs. Lorsque l’agence remet le rapport circonstancié à son client, ce dernier dispose de tous les éléments nécessaires pour prendre des mesures disciplinaires à l’encontre de l’employé indélicat.

Le monde a changé et l’enquêteur privé a changé avec lui. Il est loin le temps où l’on battait le pavé dans les ruelles sombres pour trouver un témoin élusif, où l’on questionnait des voisins et que l’on prenait des photos discrètes. Les gens sont devenus eux mêmes informateurs de leurs propres activités. Les réseaux sociaux tels que Facebook ou Instagram sont une mine inespérée d’informations: une personne qui est en arrêt maladie et confinée chez elle poste des photos de vacances au bord d’une plage en train de siroter un cocktail, un maçon qui ne peut travailler suite à un accident poste sur des groupes facebook qu’il est disponible pour des travaux et qu’il cherche à arrondir ses fins de mois. L’enquêteur privé doit maintenant maîtriser l’informatique et les systèmes modernes d’information. Même sans avoir un accès direct aux systèmes d’une personne, il y a toujours des métadonnées qui fuitent, ces dernières permettent souvent de reconstruire l’information manquante. On ne passe plus de coup de téléphone à un vieux contact dans la police qui nous donne un numéro de plaque ou une adresse en échange d’un service rendu ou d’une bouteille d’alcool. Les informations sont informatisées et sont disponibles en passant par les canaux officiels. La majorité du travail d’un détective se fait maintenant devant un écran d’ordinateur. En particulier avec la miniaturisation de ceux-ci. Avec une tablette et un smartphone, un bon enquêteur pourra tout faire.

Nous voyons donc que les detectives privés ont toujours leur place dans la société moderne actuelle, à condition de s’adapter à l’évolution des moyens et des techniques. Malgré l’efficacité des services de police, les privés restent complémentaires des forces judiciaires pour assurer une manifestation cohérente de la vérité. Ils viennent travailler de concert avec les avocats, avec les entreprises et les particuliers pour des affaires qui sortent du domaine de compétence de la police.

Leave a Reply